🎄 🎅🏻 Clique ici pour accéder au 🗓️ CALENDRIER de L'AVENT de MOTRICITÉ FINE 👌🏻 + 25 vidéos
👉 Ressources/Formations 🎙️Podcast Blogue À Propos Contact Médias Guide gratuit (motricité 0-8 ans) Connexion

6 choses à savoir sur la prise du crayon

 

La prise du crayon est un aspect de la motricité fine qui suscite beaucoup d'attention dans un contexte de prévention ou d'intervention pour des difficultés d'écriture. Entamons donc une conversation sur le sujet par 6 choses que je crois intéressantes de savoir sur la prise du crayon + une vidéo de discussion sur la motivation vs le développement de la prise du crayon chez l'enfant de 3 ans.

1. La prise du crayon se développe; elle ne s'apprend pas.

La prise du crayon se développe habituellement de façon naturelle en 3 étapes graduelles. 

Avant 18 mois, l'enfant tient généralement le crayon avec toute sa main. À partir d'environ 18 mois, le crayon est déplacé vers les doigts mais le crayon est encore bougé par des mouvements de tous le bras. Puis, à partir d'environ 4 ans, la prise prend une forme mature dans laquelle le crayon aura éventuellement la possibilité de bouger au niveau des doigts.  Avant que la prise du crayon ne devienne mature, elle pourrait prendre différentes formes appelées « prises de transition » (se référer à la vidéo pour voir ces prises).  

Quatre types de prise du crayon sont considérées matures.

Lorsque la commissure du pouce (région musculaire entre le pouce et l'index dans laquelle le crayon peut facilement bouger) est ouverte (bien ronde) comme sur les deux premières images, il y a moins de forces appliquées sur le crayon; donc ces prises sont plus optimales; c'est à dire plus efficientes d'un point de vue mécanique.

Un pouce croisé peut signifier que les muscles de la commissure du pouce ne sont pas assez forts ou que les articulations du pouce manquent de stabilité pour garder le pouce en opposition. 

Même si une prise du crayon peut être fonctionnelle sans être optimale, avant 6 ans, il est bénéfique pour l'enfant d'avoir le plus d'opportunités possibles de développer sa motricité fine afin de lui permettre de développer une préhension optimale avec un pouce opposé et une commissure du pouce ouverte.

En d'autres termes, si on observe une préhension avec un pouce croisé chez un enfant de 4 ans, il est bénéfique de continuer à créer beaucoup de contextes stimulants pour la motricité fine de l'enfant pour permettre à sa prise de continuer d'évoluer vers une prise avec un pouce opposé.  En contraste, si on observe cette même prise chez en un enfant de 10 ans, il n'est pas nécessaire de se préoccuper de sa prise.

 

2. Il est parfois nécessaire d'enseigner la prise du crayon.

Lorsqu’un enfant ne développe pas naturellement une prise du crayon mature, il ne faut surtout pas conclure à un manque de collaboration de sa part. Si son corps n’a pas encore développé la musculature nécessaire pour une prise mature, il ne pourra pas la démontrer. 

Une prise du crayon mature est l'aboutissement d'un développement sensorimoteur suffisamment mature.

Donc, en principe, elle n'a pas besoin d'être enseignée. C’est principalement la recherche de précision dans les tracés qui entraîne le raffinement naturel de la prise du crayon en parallèle avec l'évolution de la motricité fine.

Notamment, il est nécessaire d’avoir une posture stable, une bonne stabilité au niveau des épaules et des omoplates afin de pouvoir bouger les bras plus aisément et plus facilement contrôler les articulations du poignet en extension et des doigts. Les arches de la main assez dissociées pour permettre la séparation des fonctions des deux côtés de la main et les muscles intrinsèques de la main doivent être suffisamment forts. Il est aussi nécessaire de bien traiter l'information proprioceptive au niveau du bras et de la main pour bien sentir la main dans l'espace et tactile au niveau des mains pour bien sentir la position du crayon entre les doigts.

La qualité de l'ergonomie à laquelle l'enfant aura eu accès durant sa petite enfance aura eu aussi une influence sur le développement de la prise du crayon.

La prise du crayon est très vulnérable au positionnement du corps. Si les pieds ne touchent pas le sol, que la table est trop haute et qu'il n'arrive pas à appuyer son poignet en extension avec son coude près de son corps ou que la feuille trop loin; le corps de l'enfant s'adapte par une prise du crayon plus stable.

Ainsi, l'enfant peut avoir adopté des habitudes avec sa prise du crayon qui ne dépendent pas de son développement moteur mais de son environnement d'apprentissage.

De même, si l'enfant a eu accès à des activités graphiques avancées qui exigent beaucoup de précision alors que son corps n'était pas prêt (ex. on propose à l'enfant de 3 ans de très petits coloriages ou l'apprentissage des lettres), il pourrait, de même, avoir développé des habitudes non optimales avec sa prise du crayon.

Ainsi, au moment où l'enfant débute l'apprentissage des lettres, il est pertinent de lui montrer comment tenir sont crayon de manière optimale s'il ne le fait pas naturellement et que l'on estime que l'ergonomie actuelle est optimale et que sa motricité fine est suffisamment développée. 

Comment ?  Avec une histoire ludique avec des jouets comme l'incontournable histoire de la voiture, qui captera son intérêt, lui donnera la motivation de s'intéresser à sa prise du crayon et l'aidera à se souvenir comment placer ses doigts sur le crayon.

 

3. C'est le dynamisme de la prise du crayon qui lui donne son caractère fonctionnel.

On dira qu'une prise est fonctionnelle lorsqu'elle rempli sa fonction : produire une l'écriture lisible à une vitesse et avec une endurance fonctionnelles pour le contexte (sans perte de lisibilité). Et aussi, qu'elle ne cause pas d'inconforts ou de douleur.

Une prise du crayon mature permet la mobilité du crayon au niveau des doigts. On dira alors que la prise du crayon est dynamique (il y a du mouvement dans les doigts) et que le contrôle du crayon est distal (à distance du centre du corps).

Plus de mobilité ➡️ plus de contrôle ➡️ plus de précision ➡️ plus de lisibilité 

La prise du crayon dynamique est en contraste à une prise statique. Lorsque la prise est statique, le crayon ne peut pas bouger au niveau des doigts. Le crayon doit alors être mobilisé au niveau du poignet, du coude ou de l'épaule. On dira alors que le contrôle du crayon est proximal. Comme le contrôle proximal utilise plus de muscles et des plus gros muscles, il utilise plus d'énergie.

Plus le contrôle est distal, moins il demande d'énergie

C'est l'idéal. Pour les courtes périodes d'écriture, cet effort musculaire additionnel n'est pas handicapant, mais plus la durée d'écriture s'allonge plus cela devient significatif et peut mener à de la douleur, de la fatigue et à une diminution de l'endurance.

Rappelons-nous qu'une prise du crayon peut être fonctionnelle sans être optimale. Il est possible d'avoir une écriture magnifique avec une prise du crayon atypique*. La différence réside dans la quantité de ressources requises (plus de muscles, plus de concentration) pour réaliser la tâche.

 *Vidéo de ma fille de 17 ans qui explique l'impact de sa prise du crayon atypique sur son écriture.

 

La facilité d'automatisation est un autre avantage d'une prise du crayon dynamique.

Plus les gestes d'écriture sont réalisés au niveau de la main plus ils sont faciles à automatiser.

Automatiser signifie que les muscles encodent les mouvements et que l'enfant n'a plus besoin de penser aux mouvements qu'il doit effectuer pour former les lettres. Un peu comme marcher...nous n'avons plus à penser à mettre un pied devant l'autre, ce mouvement est automatisé.

Plus les gestes d'écriture sont automatisés, plus l'enfant est libre de se concentrer sur les aspects langagiers, exécutifs et perceptifs de l'écriture.

À savoir que que la prise du crayon, même si elle peut le devenir dès 4-5 ans, chez certains enfants la prise du crayon ne deviendra dynamique qu'à partir d'environ 6-7 ans; soit à partir du moment où l'enfant apprend à écrire des petites lettres.

 

4. Il n'est pas toujours justifié de se préoccuper de la prise du crayon d'un enfant.

Bien sûr, la prise de crayon joue un rôle dans l'efficacité de l'écriture et peut avoir sa part de responsabilité lorsque l'enfant a de la difficulté à produire une écriture lisible, assez rapide ou qu'il n'est pas confortable quand il écrit (se plaint de fatigue/de douleur).

J'ai souligné « peut » et « sa part » car écrire est une activité complexe qui comporte plus que sa composante motrice. Elle implique aussi du langage (construire des phrases, assurer une bonne orthographe, grammaire, syntaxe), des fonctions exécutives (avoir des idées, planifier, réviser), de la perception visuelle/orientation visuospatiale (écrire sur les lignes, assurer des espacements adéquats, organiser l'écrit sur la page...).

Ce qui compte est la fonction. Si l'enfant écrit confortablement, lisiblement, assez rapidement et pour assez longtemps; il n'y a pas de raison de se préoccuper de sa préhension du crayon peu importe qu'elle soit immature ou atypique.

Par ailleurs, plus l'enfant est jeune, plus il est difficile de savoir si sa prise fonctionnelle aujourd'hui pour dessiner le restera pour écrire au fil des prochaines années en fonction des exigences croissantes en précision, en vitesse, en endurance et en qualité d'attention qui devra être attribuée au contenu plutôt qu'au processus d'écriture lui-même.

Ce qu'on vise est que la prise du crayon soit fonctionnelle pour TOUTES les tâches scolaires peu importe leur ampleur/ durée.

Ainsi, de ma perspective d'ergothérapeute, voici les contextes qui devraient susciter l'analyse et au besoin une intervention au niveau de la prise du crayon (ou de ses capacités sous-jacentes)

  • La prise du crayon est très immature (ex. toute la main) ou atypique au moment où l’entrée en maternelle approche.
  • L’enfant se plaint de douleur ou de fatigue ou on l'observe prendre des pauses d’écriture / secouer sa main.
  • La lisibilité est faible en comparaison à d’autres enfants du même âge.
  • La vitesse d’écriture est très lente ou très rapide (et impulsive) en comparaison d’autres enfants du même âge.
  • L’enfant n’aime pas écrire.

 

5. L'intervention, s'il y a lieu, devrait toujours viser la réduction des situations de handicap dans les activités d'apprentissage qui impliquent de l'écriture manuelle plutôt que la modification de la prise du crayon.

Description générale de l'apport de l'ergothérapeute 

  1. Évaluation des situations de handicap dans les apprentissages qui impliquent de l'écriture manuelle, des composantes de l'écriture et des capacités sous-jacentes pour préciser les besoins de l'élève.
  2. Analyse et précision des facteurs à l'origine des situations de handicap
  3. Rédaction d'un plan d'intervention qui pourrait inclure
    • L'enseignement d'une bonne ergonomie et posture d'écriture (ex: posture, chaise, feuille...)
    • Des interventions en clinique misant sur les aspects affectifs, cognitifs et/ou physique des composantes de l'écriture (ex. motricité fine ➡️  prise du crayon *)
    • Des interventions directes sur les éléments qui affectent la lisibilité (ex. formation des lettres, positionnement sur la ligne, qualité des connexion (en cursif), propreté...)
    • Des propositions d'adaptations de matériel (ex. type de crayon, de feuille, de coussins de posture...)
    • Utilisation temporaire / progressive d’aides à l'écriture pour atténuer les habitudes ou permanente pour compenser des capacités manquantes (voir 6.)
    • Une recommandation de faire certaines tâches avec un outil informatique

 

* Facteurs essentiels qui seront considérés par l'ergothérapeute avant d'intervenir au niveau de la prise du crayon d’un enfant

  • Son âge (plus l’enfant est vieux, plus le processus de changement sera long et difficile car l'enfant a des habitudes bien installées)
  • Sa conscience de l’importance de modifier sa prise du crayon
  • Sa motivation à améliorer sa prise du crayon
  • Le potentiel d'évolution de sa prise du crayon
  • Le contexte d'intervention (l'enfant aura le temps de faire des activités motrices plusieurs fois par semaine).

 

6. Les aides / embouts / adaptateurs /guides-doigts devraient seulement être utilisés après une analyse professionnelle 

Ils sont beaux, attirants et peuvent être utiles dans certains cas, mais durant la petite enfance et la maternelle, l'enfant a encore beaucoup de potentiel d'évolution avec de la stimulation ciblée.

*Je recommande de consulter un ergothérapeute avant de procurer un adaptateur de crayon /aides à l'écriture à un enfant, surtout s’il s’agit d’un enfant de moins de 8 ans, afin de s’assurer que ce type d’aide technique soit la meilleure solution.

 

5 questions que l'ergothérapeute se pose avant de donner définitivement un embout de crayon à un enfant :

  1. Quel âge a cet enfant?
  2. Est-ce que l'enfant a bénéficié d'un épisode de stimulation de sa motricité globale/fine d'au moins 3 mois (faire des activités de motricité fine ciblant le développement d'une posture stable et d'une prise du crayon mature (4-7 x par semaine)?
  3. Est-ce que le potentiel d'évolution de la prise du crayon est jugé limité à cause de difficultés musculosquelettiques (hypotonie, hyperlaxité ligamentaire?...)
  4. Est-ce que l'enfant veut l'utiliser?
  5. Est-ce qu'il y a un impact immédiat sur la lisibilité, la vitesse, le confort, l'endurance ou l'engagement durant les activités d'écriture avec l'outil?
  6. Et surtout, est-ce qu'il a eu un suivi auprès de l'enfant après environ 2 semaines d'utilisation pour s'assurer que les impacts fonctionnels demeurent présents, que l'enfant aime l'outil et qu'il n'a pas développer de compensations posturales (dévier le corps, pencher la tête ...) liées à l'utilisation de cet outil.

 

Conclusion

En conclusion, j'aurais envie de rappeler trois choses :

1. La prévention est plus facile que l'intervention. C'est plus facile d’accompagner un enfant à développer sa motricité fine et une prise du crayon fonctionnelle de manière naturelle durant son enfance, que de l’aider à changer une prise non fonctionnelle une fois que l'habitude est bien installée.

2. On ne peut pas conclure qu'une prise du crayon est fonctionnelle pour l'écriture tant que l'enfant n'a pas eu à faire face à des exigences considérables en regard de la vitesse et de l'endurance; donc avant environ 8 ans.

3. La prise du crayon n'est qu'une composante de l'écriture. On de devrait pas s'y intéresser hors contexte des activités d'écriture. La prise peut être atypique sans être la cause des difficultés d'écriture.

 

Références

  • Schwellnus, H., Carnahan, H., Kushki, A., Polatajko, H., Missiuna, C., & Chau, T. (2012). Effect of pencil grasp on the speed and legibility of handwriting in children. American Journal of Occupational Therapy, 66: 718–726.
  • Hadders-Algra, M. (2013). Typical and atypical development of reaching and postural control in infancy. Developmental Medicine and Child Neurology, 55(Suppl 4): 5–8.
  • Ho, E. S. (2010). Measuring hand function in the young child. Journal of Hand Therapy, 23(3): 323–8.

------

P.S. C'est la première fois que tu me lis ou m'entends? Je suis une ergothérapeute canadienne avec 20 + d'expérience en pédiatrie et en enseignement de la perspective et des stratégies de l'ergothérapie à l'échelle internationale.

Simplifier, vulgariser et partager c'est ce que je fais quotidiennement dans les médias sociaux, sur mon blogue et via mon infolettre pour accompagner les professionnels, les enseignants et les parents motivés à intervenir avec précision sur le développement et fonctionnement des enfants... de la perspective de l'ergothérapie.

 Le savais-tu? J'envois par courriel chaque 2 semaines une ressource exclusive gratuite aux membres de ma communauté via mon infolettre  (L'info ERGO)? 

Pas inscrit(e) 😮? 

Pas de soucis 😀!  

Prochaine étape : Rejoindre ma communauté gratuite !

Dès ton inscription, tu pourras télécharger mon guide de 12 pages sur les étapes du développement de la motricité globale et fine de l'enfant entre 0-6 ans. 😀...un incontournable!

“Guide

“Josiane

Formations en ligne et ressources de la perspective de l'ergothérapie pour ergothérapeutes, enseignants, éducateurs, autres intervenants et parents.

Joindre la communauté et recevoir le guide 😀
Close

50% complété

Prochaine étape

Vérifier votre boite courriel et valider votre inscription.