Réflexes primitifs et écriture...il y a un lien?

D’abord, qu’est-ce qu’un réflexe?

Quand bébé vient au monde, il n'a pas encore de contrôle sur son corps et pour une bonne raison. Son cerveau est encore immature.  Il n'a pas encore la capacité de faire des mouvements intentionnellement. Son corps à tout à apprendre.

Mais comment le corps de bébé fera-t-il ces apprentissages ?  Ce sont ses réflexes primitifs qui lui permettront de recevoir les stimulations sensorielles qui vont lui permettre de créer des connexions entre son cerveau et ses muscles.

Il existe un très grand nombre de réflexes qui guide l'enfant dans son développement. Certains réflexes émergent avant la naissance (primitifs) tandis que d'autres arrivent plus tard (posturaux). Chacun a un rôle bien précis. Ils se succèdent, se soutiennent les uns les autres et s'intègrent habituellement dans une séquence prédéterminée.

Par exemple, il y a un réflexe qui aide l'enfant à développer la force et le contrôle des muscles de son cou/ dos. Sur l'image ci-dessous, bébé ne soulève pas intentionnellement le haut de son corps ainsi contre la gravité; c'est un réflexe qui génère ce mouvement.

Les réflexes engendrent des mouvements en réponse à des stimuli sensoriels.  Les mouvements produits dans ce contexte sont involontaires et stéréotypés. Ils sont toujours pareils (même direction, même force, même vitesse) et ne sont pas ajustés au contexte. 

Par exemple, le réflexe d'agrippement qui se déclenche lorsqu'il y a une stimulation à la base des doigts engendre un agrippement sur le doigt/ l'objet. Cet agrippement est très efficace et n'est pas ajusté en force; l'enfant peut être relevé du sol si on le tire. L'agrippement est persistant, tant que la stimulation est présente; l'enfant ne contrôle pas son relâchement intentionnellement (un autre réflexe s'en chargera). La fonction de ce réflexe est archaïque...rester accrocher au parent pour sa survie. Ce n'est pas bébé qui décide d'attraper le doigts/ l'objet et de ne pas le relâcher.

Dans leur ensemble, les réflexes soutiennent la progression du développement moteur, cognitif et affectif.

Leur émergence est un signe de bon fonctionnement du système nerveux. C'est pour cette raison que les pédiatres les évaluent dès la naissance du bébé.

Au fur et à mesure de la répétition des mouvements sous l'influence des réflexes, le contrôle moteur volontaire se développe en même temps que le cortex prend de la maturité. Par ailleurs, l'enfant qui voit de mieux en mieux avec ses yeux devient en plus intéressé à explorer son environnement avec ses mains et progressivement capable de participer volontairement à ses mouvements.

Alors qu'il gagne de la motricité volontaire globale et fine, l'aide des réflexes devient superflue et même limitante considérant que les mouvements produits réflexivement sont stéréotypés et peu ajustés aux besoins du contexte. C'est un peu comme des phrases apprises par coeur dans une autre langue...ça dépanne mais ce n'est pas aussi optimal que de maitrise le vocabulaire usuel / syntaxe parlée de la nouvelle langue en fonction du contexte et de l'interlocuteur.

Les réflexes vont alors s'intégrer dans la motricité de l'enfant. « Intégré » signifie que le mouvement n'est plus initié automatiquement au niveau d'une partie primitive du cerveau (tronc cérébral), mais volontairement au niveau du cortex.

Les réflexes intégrés ne sont pas disparus, ils sont toujours là mais ne contribuent plus à la motricité. En fait, ils supervisent et tant que tout va bien, ils restent en dormance. Par ailleurs, en cas de besoin (période de grand stress, atteinte cérébrale, démence...), ils vont reprendre le contrôle pour assurer la survie.

C'est un peu comme un parent qui conduit son enfant quand il est petit puis qui lui donne éventuellement des cours de conduite; lui dit quoi faire. Viendra un moment où l'enfant démontrera savoir conduire et le parent lui fera confiance... Il restera alors assis dans la voiture sans rien dire.

 

L'exemple du réflexe d'agrippement

Vers 2-3, l'enfant prend le contrôle de ses mains et le réflexe d'agrippement s'intègre. Bébé étire son bras vers les objets qui l'intéresse et les agrippe maintenant intentionnellement. 

Si le réflexe persiste, il y aura de l'interférence avec les mouvements qui seront moins efficaces. Les préhensions pourront impliquer trop de force / tensions musculaires et les doigts continueront de fléchir en unisson. 

Éventuellement, vers 12 mois, lorsque l'enfant voudra prendre des petits morceaux de nourriture avec son pouce et son index, il pourrait avoir de la difficulté parce que la dissociation des arches de la main, des doigts et l'opposition du pouce auront du mal à se développer si le réflexe n'est pas intégré.

Vers l'écriture...

Plus tard, on peut facilement s'imaginer que la rétention du réflexe d'agrippement interférera avec le développement harmonieux de l'ensemble de la motricité fine, dont le développement d'une prise du crayon mature.  L'opposition du pouce sur le crayon pourrait avoir de la difficulté à s'installer. L'enfant pourrait tenir le crayon très serré et avec beaucoup de doigts.  Selon le degré d'influence du réflexe, l'enfant pourrait avoir du mal à bouger le crayon entre ses doigts et à automatiser ses gestes d'écriture. En bref, il aura du mal à écrire librement (avec des mouvements fluides et automatisés). Il sera forcé à partager ses ressources cognitives entre le contenu de ses communications écrites et ses gestes d'écriture qui demeureront intentionnels et en recherche de compensation pour contrer l'influence du réflexe.

 

Tel que mentionné au début du texte, de nombreux autres réflexes sont impliqués dans le développement et leur rétention peuvent avoir une influence sur l'apprentissage et la maitrise de l'écriture tant manuelle qu'au clavier.

À suivre :-) 

Le sujet t'intéresse? Pour en apprendre plus, surveille mes prochaines publications sur le sujet et peut être une formation en 2023 (n'hésite pas à m'écrire si cela répondrait à ton besoin pour m'aider à planifier ce projet).

 A+

Josiane 💕

-------

P.S. C'est la première fois que tu me lis ou m'entends? Je suis une ergothérapeute canadienne avec 20 + d'expérience en pédiatrie et en enseignement de la perspective et des stratégies de l'ergothérapie à l'échelle internationale.

Simplifier, vulgariser et partager c'est ce que je fais quotidiennement dans les médias sociaux, sur mon blogue et via mon infolettre pour accompagner les professionnels, les enseignants et les parents motivés à intervenir avec précision sur le développement et fonctionnement des enfants... de la perspective de l'ergothérapie.

 Le savais-tu? J'envois par courriel chaque 2 semaines une ressource exclusive gratuite aux membres de ma communauté via mon infolettre  (L'info ERGO)? 

Pas inscrit(e) 😮? 

Pas de soucis 😀!  

Prochaine étape : Rejoindre ma communauté gratuite !

Dès ton inscription, tu pourras télécharger mon guide de 12 pages sur les étapes du développement de la motricité globale et fine de l'enfant entre 0-6 ans. 😀...un incontournable!

“Guide

“Josiane

Formations en ligne et ressources de la perspective de l'ergothérapie pour ergothérapeutes, enseignants, éducateurs, autres intervenants et parents.

 

LA formation dont tu as besoin, AU MOMENT où tu en as besoin! 

Si tu souhaites accéder à plus de ressources, clique le bouton ci-dessous pour explorer le menu par catégorie de profession.

Suggestions
Close

50% complété

Prochaine étape

Vérifier votre boite courriel et valider votre inscription.