Les 5 étapes d'évolution du dessin chez l'enfant

Pourquoi le dessin est-il intéressant (et important) dans le développement de l’enfant?

Le dessin est une activité particulièrement riche et complète pour le développement de l’enfant.

Le dessin, lorsqu’il évolue, va bien au-delà d’une action sensorielle et motrice. Il devient un moyen d’expression du vécu, des émotions et de l’imagination de l’enfant.

Dessiner implique certainement un contrôle du crayon, mais aussi un apprentissage perceptif du corps et de l’environnement. C’est notamment pour cela que certains adultes ont des capacités exceptionnelles au dessin tandis que d’autres dessinent encore comme des enfants.

Avant de pouvoir dessiner, l’enfant doit pouvoir intégrer sa perception du monde en ce qu’on appelle des représentations mentales. Une représentation mentale est comme une image que l’enfant a créée d’une réalité qu’il a vécue. Par exemple, lorsqu’un enfant voit un cochon dans la vraie vie ou sur une image, il en extrait les caractéristiques essentielles, celles qui ont capté son attention (rose,  quatre petites pattes, nez de cochon, queue qui retrousse/tourne).

Ces éléments sont ensuite assemblés en un concept (le concept du cochon). Si l’enfant a extrait les bonnes caractéristiques, l’image mentale sera claire et facile à récupérer et à reproduire. 

Lorsqu’il s’agit de la représentation que l’enfant s’est faite de son corps, on nomme cette représentation mentale le schéma corporel. J’attire ici votre attention sur le fait que la représentation mentale dépend du vécu de l’enfant. Dans ma pratique, les enfants qui ont de la difficulté à dessiner des bonhommes sont fréquemment les mêmes enfants qui ont des retards de motricité globale.

Voici quelques raisons pourquoi je trouve bénéfique d’encourager les enfants à dessiner.

  • Pour s’exprimer. Il n’est pas toujours facile pour les enfants d’exprimer en mots leurs émotions. Le dessin est un moyen de communication particulièrement efficace pour les enfants qui ont des retards sur le plan du langage verbal. Par exemple, un enfant peut dessiner un enfant triste qui a brisé son jouet.
  • Pour s'exercer à résoudre des problèmes, par exemple lorsqu’un enfant doit trouver comment représenter un chat qui est dans la maison.
  • Pour développer sa confiance en soi. Comme les enfants définissent leurs propres standards, ils peuvent se fixer un but (ex. je veux dessiner la mer avec un coucher de soleil) et se voir l’atteindre.
  • Pour se sentir validé dans ses réalisations. Par exemple, un enfant qui dit : « Viens voir ce que j’ai dessiné. » cherche à faire confirmer la valeur de ses productions.
  • Pour développer sa motricité fine. Plus un enfant souhaitera dessiner des éléments qui sont petits et précis avec un crayon à mine ou de bois, plus il devra raffiner sa motricité pour contrôler le crayon. S’il dessine souvent, cela lui permettra de développer son endurance avec le crayon. Cette motricité sera essentielle à l’écriture plus tard.
  • Pour développer son imagination. Les premiers dessins seront certainement des reproductions des réalités que les enfants connaissent, par exemple un chat. Avec le temps, ils prendront des risques sur le plan créatif. Par exemple, ils pourront dessiner un chat bleu, voire une créature complètement nouvelle (un chat avec deux têtes et une queue de cochon).
  • Pour se préparer à ses futurs apprentissages scolaires. Le dessin installe les bases pour la pensée abstraite et la logique qui sera nécessaire, entre autres, pour la lecture et les mathématiques.
  • Pour intégrer les deux côtés de son cerveau. Le cerveau droit gère les images et le cerveau gauche les mots. En mettant des mots sur leurs dessins ou en nommant ce qu’il souhaite dessiner, l'enfant sollicite les deux hémisphères de son cerveau. Cette capacité sera essentielle, notamment pour la compréhension de lecture plus tard.

Le développement du dessin chez l’enfant suit une progression séquentielle, et non une rigide chronologie liée à l’âge. Ainsi, l’enfant moins attiré par le dessin (pour une raison ou une autre) qui débute plus tard son développement du dessin ne sera pas au même niveau que ses pairs.

Toutefois, s’il n’est pas limité sur le plan visuomoteur, il devrait progresser plus rapidement s'il est plus âgé à ses débuts, mais il passera par les mêmes étapes que les autres.

 

ÉTAPE 1 : Le gribouillage

C’est entre environ 1 et 2 ans que l’enfant produit généralement ses premiers tracés, selon les opportunités qui lui seront offertes.

Les premiers tracés sont des mouvements « lancés » à partir de la ligne médiane. Puis s'introduisent des mouvements de balayage (généralement verticaux mais peuvent aussi être diagonaux ou horizontaux) associés aux mouvements de flexion et d'extension du coude. Enfin, apparaissent des mouvements circulaires initiés à l'épaule.

L’attrait à ce niveau est davantage centré sur le plaisir de voir des lignes ou des couleurs apparaitre sur un médium : du papier, du carton, son corps, les murs...

L’objectif est d’abord sensoriel et en lien avec la cause à effet. Il crée quelque chose qui n’était pas là et qui reste après le geste. L’enfant n’est pas encore conscient qu’il « dessine ».

Il n'a pas d'objectif précis. Le plaisir est dans l'action et non dans le résultat.

L'enfant dessine avec une ou l'autre main. Au début, il tient le crayon avec toute sa main (poing refermé avec le crayon dans la paume), et graduellement avec ses doigts plus près de ses 2 ans.

 

ÉTAPE 2. Développement d’un « alphabet graphique » et de I’intention de représentation

Vers environ 2 ans, au fur et à mesure que ses capacités motrices évoluent, les tracés aléatoires se diversifient. L’enfant commence à répéter certains types de tracés. Il est en train de développer une banque de tracés (un peu comme un alphabet graphique), par exemple une ligne verticale, ondulée, hachurée, pointillée, zigzag, des points, une spirale, etc. Ces tracés s'appellent des « idéogrammes ». Il les combinera éventuellement ensemble pour former des dessins d'ici la fin de l'année. 

Durant cette période, l'intérêt et l'intention pour la représentation font surface. Bien qu’il n'ait pas encore la capacité de dessiner quelque chose que les autres pourraient reconnaître, il prend plaisir à « jouer à représenter ». Il ne dessine plus « des dessins », « des lignes », ou « des couleurs », il dessine quelque chose qu'il connait. Il peut changer d'idées en cours de route. Par exemple, l’enfant peut dire qu’il dessine une voiture et, une fois que son dessin est terminé, dire que c'est un chat. 

Il développe l'intérêt d'utiliser des crayons de différentes couleurs.

Dans cette phase, il utilise les gros crayons de cire ou feutres.

Sa préhension est maintenant avec les doigts ce qui lui donne plus de contrôle sur ses tracés.

 

ÉTAPE 3 : Pré-symbolisme

Entre environ 3 et 5 ans, l’enfant devient graduellement plus habile pour créer des formes. Il les agence pour créer des ébauches simples.  Cette phase se reconnaît par une combinaison de formes rondes et de figures fermées qui vont représenter une personne ou un animal. 

Il nous dira ce que c'est souvent après avoir dessiner parce que ses dessins se créent plutôt au hasard.

Durant cette phase, il fera ses première ébauches de bonhommes ainsi que d'autres dessins simples comme un soleil.

Les dessins se perfectionnent progressivement, mais ne sont pas réalistes dans leur composition, leurs couleurs ou leurs proportions. Par exemple, son « pseudo-soleil » pourrait être bleu. Les éléments présents sont ceux qui sont le plus importants pour l'enfant.

Les figures produites flottent dans l’espace.

Se rapprochant du 5 ans, l’enfant commence à juger de la qualité de sa performance en fonction de son intention et est intéressé à s'exercer pour s’améliorer et qu'on lui montre comment faire.

 

ÉTAPE 4 : Symbolisme

L’enfant entre dans la phase symbolique vers l’âge de 5-7 ans. À ce niveau, il développe une petite bibliothèque personnelle d’images basées sur la façon dont il perçoit les concepts. Par exemple, il dessine une maison avec une base carrée avec un toit en triangle, une porte, des fenêtres. Il répète cette même représentation chaque fois qu’il dessine.

C’est au cours de cette phase que les éléments commencent à faire partie d’un tout (une scène avec plusieurs éléments reliés entre eux) et que l'espace est pris en considération. Du mouvement peut aussi s'installer dans l'image, par exemple de la fumée qui sort par la cheminée.

Néanmoins, les proportions relatives des éléments sont encore établies en fonction de l'importance qu'elles ont pour l'enfant, plutôt qu'en fonction de la réalité. Le bonhomme sera probablement plus grand que la maison.

Les couleurs sont maintenant représentatives de la réalité. L'herbe est verte et le soleil est jaune.

L'imaginaire dans les dessins s'installe. L'enfant dessine des choses qu'il n'a jamais vues dans la vraie vie, par exemple des dragons.

L’enfant s’intéresse à copier des dessins qu’il trouve beaux. Il commence aussi à prendre conscience que ses dessins peuvent raconter une histoire.

 

ÉTAPE 5 : Réalisme

À partir d'environ 9-10 ans, l’enfant entre dans la phase du réalisme du dessin. Il est maintenant conscient des différences entre la réalité et la représentation. Il se concentre davantage sur les détails et souhaite représenter la réalité (ou de celle qu'il imagine) dans ses dessins.

Les personnages ont un genre, des vêtements détaillés et des émotions.  L'enfant veut intégrer des perspectives visuelles (proche / loin, vue d'en haut / bas /profil, devant / derrière) et les proportions relatives naturelles des objets sont respectées (petit / gros). La 3ième dimension apparaît avec des ombrages ou des ajustements de couleur chez l'enfant qui en est capable.

L'image mentale (ce qu’il veut dessiner et comment le faire) et ses capacités de l'actualiser par le dessin (perception visuelle et coordination motrice) peuvent ne plus être équivalentes. C’est à ce moment que certains vont laisser de côté cette activité parce que trop souvent déçus. D’autres, plus doués, vont poursuivre et certains vont prendre des cours pour se perfectionner davantage.

La façon dont l’enfant dessine à cet âge sera sensiblement la façon dont il dessinera toute sa vie, à moins qu’il n’entreprenne une formation spécifique en dessin.

 

Comment l'enfant passe-t-il d'une étape à l'autre?

L'enfant qui vieillit ne passe pas automatiquement d'une étape à l'autre.  Pour se faire, il aura besoin d'opportunités. Une bonne idée est de créer des contextes où il pourra dessiner souvent et surtout, librement. 

 

Et le coloriage dans tout ça?

Le coloriage est une activité intéressante pour développer le contrôle du crayon (la coordination visuomotrice et l'inhibition à la ligne), mais ce n'est pas une activité équivalente au niveau de son apport au développement global de l'enfant. Pour aller plus loin sur ce sujet, poursuis ta lecture ici  :

15 bienfaits du coloriage

L'évolution du coloriage de 1 à 5 ans

 

Wallon, P., Cambier, A., Engelhart, D. (2000) LE DESSIN CHEZ L'ENFANT, Puf, Paideïa
Lowenfeld Viktor. (1947) CREATIVE AND MENTAL GROWTH,  Macmillan Co., New York, 

P.S. C'est la première fois que tu me lis ou m'entends? Je suis une ergothérapeute canadienne avec 20 + d'expérience en pédiatrie et en enseignement de la perspective et des stratégies de l'ergothérapie à l'échelle internationale.

Simplifier, vulgariser et partager c'est ce que je fais quotidiennement dans les médias sociaux, sur mon blogue et via mon infolettre pour accompagner les professionnels, les enseignants et les parents motivés à intervenir avec précision sur le développement et fonctionnement des enfants... de la perspective de l'ergothérapie.

Prochaine étape : Rejoindre ma communauté gratuite

Le savais-tu? J'envois par courriel chaque 2 semaines une ressource exclusive gratuite aux membres de ma communauté via mon infolettre  (L'info ERGO)? 

Pas inscrit(e) 😮? 

Pas de soucis 😀!  

Inscris-toi ici  et dès ton inscription, tu pourras télécharger mon guide de 12 pages sur  les étapes du développement de la motricité globale et fine de l'enfant entre 0-6 ans. 😀...un incontournable!

“Guide

“Josiane

Formations en ligne et ressources de la perspective de l'ergothérapie pour ergothérapeutes, enseignants, éducateurs, autres intervenants et parents.

  « en savoir plus » 

LA formation dont tu as besoin, AU MOMENT où tu en as besoin! 

Je m'inscris

Si tu souhaites explorer d'autres sujets, effectuer une recherche ou clique le bouton ci-dessous pour accéder au menu de ressources par catégorie de profession.

Suggestions
Close

50% complété

Prochaine étape

Vérifier votre boite courriel et valider votre inscription.