Marcher à 4 pattes 101

 

Même si tous les enfants ne s'y adonnent pas avant la marche debout, la MARCHE À 4 PATTES est, de ma perspective d'ergothérapeute, une opportunité unique pour bébé, tout comme l'étape de RAMPER qui souvent la précède, de bénéficier non seulement d'une autonomie précoce pour explorer son environnement mais d'une gamme de stimulations précieuses pour la suite de son développement. 

   

Voici 10 capacités qui sont stimulées durant la marche à 4 pattes et des exemple d'opportunités fonctionnelles qui en découlent à court, moyen ou long terme.

1. Développer l’extension des poignets, donc une bonne dissociation des segments du bras et de la main. Saviez-vous que la position la plus efficace pour écrire comporte un angle de 30 degrés au poignet. ?

2. Ouvrir la main. La mise en charge stimule la musculature de la paume, ce qui contribue à la dissociation des arches de la main. Cela favorise la mise en place du tonus et de la force requise pour tenir un crayon, sans développer de fatigue prématurée lors de l'écriture. une prise du crayon avec une force adéquate et a donc pour résultat de prévenir la fatigue précoce lors de l’écriture.

3. Stabiliser l’épaule ( et la région musculaire qui s'y rattache appelée la ceinture scapulaire ) afin d’avoir un bras stable pour les activités de motricité fine qui demandent de la précision (ex. tenir une cuillère, assembler des jouets avec précision, colorier, écrire).

4. Dissocier et coordonner le côté gauche et droit du corps pour les mouvements réciproques (ex. marcher et pédaler un vélo) et complémentaires (ex. découper).

5. Dissocier et coordonner le haut et le bas du corps comme pour se propulser sur une balançoire.

6. Coordonner les deux yeux sur une petite cible devant les yeux (on appelle cela la convergence), par exemple pour lire ainsi que pour accommoder la vue entre une cible proche et loin, par exemple pour copier du tableau.

7. Coordonner les yeux et les mains, habileté requise pour effectuer des jeux de ballons ou grimper dans un module de parc, par exemple.

8. Éduquer le système vestibulaire (système responsable de l’équilibre). Le système vestibulaire a besoin d'être stimulé à la verticale (en marchant debout), mais aussi à l'horizontale (en rampant, à quatre pattes) pour développer des réactions d'équilibre efficaces, par exemple pour traverser une poutre ou marcher sur une surface instable.

9. Coordonner les fonctions des deux côtés du cerveau. Développer les circuits de neurones qui permettent l'échange d'information via le corps calleux, partie du cerveau qui sert de pont entre les deux hémisphères. Lorsque le bras droit et la jambe gauche avancent en même temps, des liens se tissent entre les 2 côtés du cerveau. 

10. Aide le corps à développer sa relation dans l'espace par exemple pour contourner des obstacles. Le transfert de poids ressenti par toutes les articulations qui sont en contact avec le sol du corps donne l'opportunité au corps de ressentir plus de proprioception et d'acquérir, par le fait même, un meilleur schéma corporel et une meilleure calibration de la force utilisée par les muscles qui bougent ces articulations. 

 

Indices que bébé à tout ce qui lui faut pour développer le 4 pattes :

  • Il se retourne dans les deux directions.
  • Il s'assoit tout seul (passe de la position allongée à la position assis sans aide); donc il démontre de la stabilité au niveau de sa ceinture scapulaire pour prendre appui sur ses bras et de dissociation/stabilité au niveau de son bassin pour faire la rotation avancer un genou à la fois.
  • Il rampe.

 

Et si le « 4 pattes » n'est pas « typique » ?

Lorsque bébé se déplace par exemple sur les fesses, en se tirant avec une jambe et un seul genou au sol, en alternant les mains et les genoux comme un lapin, en marchant sur les genoux, en roulant...

Bébé démontre certes qu'il est motivé à explorer son environnement et témoigne de son intelligence pour compenser les capacités préalables au 4 pattes qu'il n'a pas développés avec des modes astucieux de déplacements.

Cependant il ne profite pas des opportunités que lui procurent le 4 pattes dont pour encourager la symétrie et la coordination des mouvements des deux côtés du corps, son sens de la ligne médiane ainsi que la dissociation/ renforcement/ stabilisation des ceintures scapulaire et pelvienne.

 

Bébé recule ?

La maitrise du 4 pattes implique la stabilisation du tronc conjointement à la coordination de 4 extrémités. Au début, la majorité des bébés n'ont pas le plan moteur exact pour y arriver et font différents essais. Notamment, si l'enfant pousse avec ses bras plutôt que de les soulever vers l'avant, cela l'incite à reculer. Comme les bras ont généralement développé plus de force et de coordination à cette étape du développement que les jambes, particulièrement si l'enfant n'a pas rampé au préalable, les bras sont plus actifs et reculer devient plus facile qu'avancer…ainsi cette première version du 4 pattes est très fréquente.

Ce 4 pattes de reculons est généralement de courte durée car bébé veut généralement avancer et trouve éventuellement comment faire par lui-même.  Si bébé essaie depuis longtemps et persiste à reculer, voici quelques idées :

  • Placer bébé près d'un mur qui bloquera son mouvement de reculons (avec des jouets intéressants à rejoindre devant lui.
  • Placer un ballon devant bébé et faire avancer le ballon, ce qui motive bébé à le suivre.
  • Vous placer devant bébé pour lui montrer la direction et comment faire plutôt que derrière-lui (ce qui peut être intuitif de notre part comme parent pour bloquer son mouvement de reculons).
  • Éviter de placer les mains sur ses fesses, cela lui donne le message d'initier le mouvement vers l'arrière plutôt que vers l'avant car il sera tenté de pousser contre la main de l'adulte.
  • Utiliser un tunnel qui montre clairement la voie.

Marcher à 4 pattes de reculons est un mouvement symétrique et donc, bien que peut-être pas fonctionnel pour bébé qui veut avancer, demeure un mouvement excellent pour son développement.

 

Bébé marche à 3 pattes ? 

Le corps de bébé est programmé pour explorer ses possibilités et découvrir comment ramper et marcher à 4 pattes (de manière traditionnelle).

Encore une fois, c'est normal pour bébé qui débute au 4 pattes d'essayer différentes façons mais dans ce contexte, le 3 pattes est de courte durée et aussi sera généralement démontré d'un côté ET de l'autre. 

Pour marcher à 4 pattes bébé de manière réciproque (en alternant les côtés droits et gauche) bébé a besoin de plusieurs choses dans son corps.

Si la marche à 3 pattes est son moyen privilégié et persistant de déplacement, particulièrement si c'est toujours du même côté, s'il n'a pas rampé préalablement et démontré qu'il est capable de mouvement alternés des deux côtés et symétriques,  il communique que certaines de ses capacités ont encore besoin de stimulation pour se développer.

Il est pertinent de voir s'il serait en mesure d'y arriver avec un peu plus de stimulation  C'est alors bénéfique de continuer d'encourager bébé à passer du temps sur le ventre et à ramper pour l'aider à développer ses capacités de façon équilibrée des deux côtés de son corps. 

Contrairement au 4 pattes de reculons, le « 3 pattes »  n'est pas idéal pour le développement s'il ne cède pas sa place rapidement au « 4 pattes ». Il habitude le corps à fonctionner de manière asymétrique et peut mener à un déséquilibre des chaines musculaires. L'objectif n'est pas de stopper le « 3 pattes », ce serait difficile, ni de le pousser vers la station debout/marche pour traverser cette étape mais de se préoccuper du « Pourquoi » bébé utilise ce déplacement alternatif au 4 pattes «typique ». La réponse est généralement qu'il a encore des choses que son corps a besoin de développer.

L'objectif sera donc de lui permettre de développer sa motricité de manière harmonieuse  afin que cette asymétrie ne le suive pas dans le reste de son développement notamment sur sa posture, la force et coordination des muscles de chaque côté du corps, son sens de la ligne médiane, sa vision.

Lorsque possible, une consultation professionnelle serait toujours à considérer avec une asymétrie persistante.

Note : Parfois, le 3 pattes compense un défi visuel. Si pour une raison ou pour une autre bébé éprouve des difficultés avec la coordination de ses deux yeux, il peut libérer une jambe afin de pouvoir se déplacer en gardant la tête relevée toujours tournée du même côté. Une consultation en optométrie développementale? peut également être pertinente lorsque ceci est suspecté.

 

Il s'il se déplace plutôt sur les fesses ? 

 Il se tire en position assise avec des mouvement d'une jambe (toujours la même) avec un appui sur le bras opposé. Voici trois exemples possibles : 

1) Il se propulse par les mouvements alternés des jambes et du bassin.

 

2) En demeurant assis, il avance en alternant des mouvements de jambes et de bras.

 

3) Il se tire en position assise avec des mouvement d'une jambe (toujours la même) avec un appui sur le bras opposé.

Tout comme le 4 pattes de reculons qui peut survenir parce que bébé est plus « fort » dans le haut de son corps , il arrive qu'un enfant se sentent plus « fort » dans le bas de son corps.
 
C'est parfois la situation de l'enfant qui n'a pas eu beaucoup d'expérience sur le ventre à pousser sur ses bras pour les renforcer ou dans les mouvements de transition qui lui permettent de développer la dissociation des deux côtés de son corps et la rotation du tronc et au niveau de ses hanches.
 
Par ailleurs, cette alternative au 4 pattes peut parfois compenser un défi musculosquelettique touchant les articulations ou la musculature au niveau des hanches. Si cela est soupçonné, un professionnel devrait toujours être consulté (physio, kiné, ostéo…)
 
Ce mouvement, s'il est symétrique, n'est pas mauvais en soi; il stimule différentes musculatures. Cependant, comme il est fonctionnel pour bébé qui veut se déplacer, il a le potentiel de réduire la motivation de bébé pour continuer à explorer les mouvements du corps vers le 4 pattes traditionnel qui a beaucoup à contribuer au reste du développement. Ainsi dans ce sens, il est moins intéressant.
 
Concrètement, on laissera bébé profiter de ce mode de déplacement mais on continuera de l'encourager à aller sur le ventre, à rouler, à s'assoir, ramper…finalement à changer de position souvent afin de lui permettre de développer le contrôle de sa posture et les autres préalables au 4 pattes.
 
Si ce mode de déplacement ne cède pas éventuellement sa place au 4 pattes avant la marche, c'est important de continuer à créer des contextes pour bébé marcheur de découvrir et profiter du 4 pattes, par exemple avec un tunnel à traverser.

  

Comment favoriser le ramper/4 pattes? 

Surtout en laissant bébé au sol. En ne le plaçant pas assis ou debout avec vos mains. En ne l'installant pas dans des équipements qui le gardent dans ces positions (siège, centre d'activité, marchette, trotteur, jumper...). S'il n'arrive pas seul, c'est qu'il n'a pas encore les capacités et ces capacités c'est au sol qu'il pourra les développer. En développant la force dans son cou, tronc et bras pour s'assoir, il développe en même temps les muscles dont il a besoin pour s'élever et marcher à 4 pattes. 

En le plaçant devant une petite marche pour l'inciter à s'agenouiller. 

Même si les enfants sont toujours très heureux de dépasser l’étape de la marche à quatre pattes et d'explorer le monde sur leurs deux pieds, il est intéressant de continuer à favoriser des opportunités de jeux à quatre pattes (ex. marche d'animaux, parcours moteurs) sur différentes surfaces (sol, pente). Ces jeux permettent la consolidation de différents préalables moteurs sensoriels et cognitifs de leur développement.

Peu importe son âge, il est toujours possible pour un enfant (ou un adulte) de bénéficier de la stimulation que lui apportera la marche à quatre pattes s'il n'a pas réalisé cette étape fondamentale du développement moteur avant la marche.

 

Comment ramener les plus grands à 4 pattes?

En ergothérapie, il nous arrive souvent de proposer des activités au sol, telles que ramper et le 4 pattes, à des enfants lorsque ceux-ci ont besoin de consolider leur développement sensorimoteur afin de surmonter des défis fonctionnels du quotidien tels que rester assis stable et suffisamment longtemps sur une chaise à l'école/ pour les repas ou pour soutenir la motricité fine dont l'utilisation du crayon pour écrire. 

S'il est souvent facile de convaincre les plus jeunes d'y revenir en contexte de jeu, cela peut paraître moins intéressants pour certains enfants plus grands. Pour les aider à comprendre l'importance de revenir exercer ces déplacements « enfantins » je leur explique que c'est comme s'ils avaient sauté un niveau dans un jeu vidéo. Je leur dis ceci : « Bien sûr, tu as atteint le niveau suivant (la marche), mais il y avait des clés importantes à récupérer au niveau du « rampé » et du « quatre pattes » que tu n'as pas eues et dont tu auras besoin à un niveau plus avancé. »

En conclusion, la marche à 4 pattes n'est pas un précurseur à la marche. L'enfant qui arrive à la marche autonome d'ici son 18 mois (donc dans les normes)  sans avoir passé par le 4 pattes, n'a pas réussi à marcher « malgré ne pas avoir fait de 4 pattes », il a tout simplement développé la marche et tout simplement sauté l'étape du 4 pattes et tous ses bénéfices. 

Marcher à 4 pattes…si on peut c'est mieux 😊 

Même si c'est après l'arrivée de la marche debout.

Comment? Avec des jeux de parcours, par exemple, ou en faisant semblant d'être un animal. Nos enfants imitent. Ils ne pourront résister de ramper sous la chaise comme une chenille 🐛 et de passer par-dessus le coussin à 4 pattes en prétendant d'être un chat 🐈  si on le fait nous même 😉.

 A+

Josiane 💕

-----

P.S. C'est la première fois que tu me lis ou m'entends? Je suis une ergothérapeute canadienne avec 20 + d'expérience en pédiatrie et en enseignement de la perspective et des stratégies de l'ergothérapie à l'échelle internationale.

Simplifier, vulgariser et partager c'est ce que je fais quotidiennement dans les médias sociaux, sur mon blogue et via mon infolettre pour accompagner les professionnels, les enseignants et les parents motivés à intervenir avec précision sur le développement et fonctionnement des enfants... de la perspective de l'ergothérapie.

Prochaine étape : Rejoindre ma communauté gratuite

Le savais-tu? J'envois par courriel chaque 2 semaines une ressource exclusive gratuite aux membres de ma communauté via mon infolettre  (L'info ERGO)? 

Pas inscrit(e) 😮? 

Pas de soucis 😀!  

Inscris-toi ici  et dès ton inscription, tu pourras télécharger mon guide de 12 pages sur  les étapes du développement de la motricité globale et fine de l'enfant entre 0-6 ans. 😀...un incontournable!

“Guide

“Josiane

Formations en ligne et ressources de la perspective de l'ergothérapie pour ergothérapeutes, enseignants, éducateurs, autres intervenants et parents.

  « en savoir plus » 

LA formation dont tu as besoin, AU MOMENT où tu en as besoin! 

Je m'inscris
Close

50% complété

Prochaine étape

Vérifier votre boite courriel et valider votre inscription.