🎄 🎅🏻 Clique ici pour accéder au 🗓️ CALENDRIER de L'AVENT de MOTRICITÉ FINE 👌🏻 + 25 vidéos

Les jeux risqués : À favoriser ou à éliminer ?

Attention!!!

Les enfants de moins de 5 ans ont besoin d’une surveillance constante car ils n’ont pas une conscience du danger sur laquelle ils peuvent miser pour prévenir les accidents. Leur envie d’imiter les plus grands pourra les pousser à prendre des risques non calculés et à se mettre en danger (ex. monter une échelle verticale trop haute ou se balancer trop haut au parc).  

 

Voici quelques caractéristiques des enfants d’âge préscolaire et les conséquences possibles. 

Selon le guide des activités extérieures dans les centres de la petite enfance et les garderies du ministère de la Famille et de l’Enfance (2002), les enfants d’âge préscolaire : 

  • ne maitrisent pas encore entièrement leur corps et ont de la difficulté à s’arrêter, tourner ou changer de direction rapidement, ils sont aussi susceptibles de trébucher, tomber en courant, en sautillant ou de se lâcher lorsqu’ils grimpent ou se balancent; 
  • sont curieux et imprévisibles et ils utilisent le matériel parfois de façons inédites dont il est difficile d’anticiper les dangers; 
  • s’excitent quand ils jouent et risquent d’oublier les consignes;  
  • ne peuvent prévoir la vitesse et la direction d’objets en mouvement (peuvent marcher devant une balançoire, une glissoire sur laquelle un autre enfant est en train de glisser, un vélo, un ballon lancé dans leur direction); 
  • ont un angle de vision moins large et peuvent ne pas voir les objets ou autres enfants qui viennent vers eux en courant sur les côtés et donc se faire percuter; 
  • ne perçoivent pas bien les dangers (rue, profondeurs) et sont facilement distraits. Ils pourraient sauter en bas d’une structure sans tenir compte de la hauteur du saut (en regard de leur capacité ou de la qualité de la surface de réception); 
  • sont insensibles à leur propre sécurité ainsi qu’à celle des autres et sont impulsifs, manquent de jugement et sont une source de danger pour eux-mêmes et les autres; 

...il est donc normal d’avoir envie de protéger l’enfant de lui-même en limitant ses explorations afin de lui éviter des accidents. 

 

Les bénéfices des jeux qui impliquent des risques.  

Il y a plusieurs types de risques. Tomber (ex. En se mettant debout sur une balançoire), se cogner (ex. en courant trop vite), se couper/avoir une écharde (ex. En cassant une branche en deux), se faire frapper (jeux de batailles). 

Les jeux risqués permettent à l’enfant de découvrir et d’apprendre à respecter les possibilités et les limites de son corps. Il apprend comment le monde fonctionne et la physique des choses. Par exemple, la glace est glissante et le tabouret est instable.  

Créer une relation avec le risque permet aussi à l’enfant de ne pas craindre l’inconnu...l’imprévu. À travers le risque, l’enfant développe de l’aisance au-delà de sa zone de confort, se confronte à la frustration, apprend la résilience, développe son jugement, sa résolution de problème et vit de la fierté. S’il n’est pas seul, il apprend à collaborer pour trouver des solutions et à soutenir ses copains plus craintifs. 

Les enfants sont plus intelligents que l’on pense. Ils ne se mettent pas en danger intentionnellement. Lorsqu’un enfant grimpe plus haut...il est en train de communiquer qu’il a confiance en lui. Il se lancer des défis qu’il croit pouvoir relever. 

Marianna Brussoni est une chercheure qui étudie la gestion du risque dans les jeux de l’enfant. Selon elle, il serait préférable de viser le minimum de risque « aussi sécuritaire que nécessaire » plutôt que l’absence de risque « le moins de risque possible ».  

 

Comment aider l’enfant à prendre des risques « sécuritaires » ?

  • Comme parent ou adulte responsable, on peut créer ou accompagner l’enfant dans des environnements avec des risques raisonnables (ex:  un parc avec de l'herbe ou une surface absorbante sous les modules) ou des risques que l’enfant va concevoir de lui-même. Par exemple, en forêt, l’enfant peut percevoir une grosse branche et décider de tester son équilibre en marchant dessus. Il peut aussi percevoir un rocher et décider d’y grimper et de sauter en bas, etc. ). Il choisit ses risques pour lui-même. Au parc, la hauteur du module et de la poutre sont déjà décidées; l’enfant n’a que deux choix : faire ou éviter. C’est ce qui peut porter l’enfant confiant à grimper trop haut car ce qui se trouve au parc n’est pas nécessairement à un juste défi pour lui. 
  • Communiquer clairement à l’enfant la liste des activités toujours interdites et celles qui doivent sen tout temps se faire sous supervision d’un adulte ou avec des équipements (ex. casque). 
  • On peut aider l’enfant à repérer les risques et à trouver des moyens pour les diminuer. Par exemple, il se déplace entre des arbres avec beaucoup de branches au niveau des yeux. On lui démontre comment il peut déplacer et tenir la branche pour réduire son risque ou fermer les yeux à certains moments. 
  • On peut observer l’enfant quelques secondes/minutes dans le jeu risqué pour déterminer s’il gère bien le risque. Si nécessaire, on peut lui demander s'il perçoit des dangers dans l’activité et s’il se sent capable de les limiter/contourner. L’enfant gagne tellement plus lorsque, de lui-même, il détermine qu’il n’ira pas plus haut vs lorsqu'on lui dit « c’est assez haut pour toi ». 
  • C'est une bonne idée de demander à l’enfant de se concentrer avant de débuter l'activité risquée et ensuite le laisser gérer. Trop de rappels de faire attention ou même d’encouragements peuvent le distraire et augmenter les risques. 
  • Garder une trousse de premiers soins à la maison et dans la voiture pour les visites au parc, C'est rassurant de savoir que l’on a la possibilité de soigner l’enfant en cas d’accident. 

 

Il s'est fait mal

Réconforter l’enfant qui se blesse de manière bienveillante sans le culpabiliser. Lui rappeler qu’il n’aurait pas dû...ou qu’on lui avait dit que c’était dangereux ou qu’il allait tomber n’apporte aucun bénéfice à son développement moteur, à son estime de soi ou à ses émotions.

Plutôt, après l'avoir réconforté et soigné, décrire la situation risquée et souligner sa confiance face au risque (ex.  «Ouf...elle était haute cette échelle...bravo pour ta confiance, tu te sentais capable d’aller jusqu’en haut. Ton pied a glissé cette fois-ci. La prochaine fois que pourrais-tu faire pour réduire les risques si tu décides de réessayer ?

 

Conclusion

De nos jours, les parcs ont retirés beaucoup d'équipement plus « risqués ».  De plus, parce que les surveillants sont responsables d'un grand nombres d'élèves, la gestion du risque dans les équipements / modules de jeux et brosses buttes de neige qui se trouvent sur les terrains d'école, peut devoir être plus stricte que dans un contexte familial, et c'est parfaitement compréhensible.

D'une part, l'enfant doit apprendre que les limites permises sont en fonction de ce contexte, ce qui lui permet en parallèle d'exercer sa flexibilité cognitive. D'autre part, comme il ne fait plus autant face au risque à la garderie ou en milieu scolaire; c'est important d'en tenir compte pour favoriser ce type de jeu en famille.

P.S. C'est la première fois que tu me lis ou m'entends? Je suis une ergothérapeute canadienne avec 20 + d'expérience en pédiatrie et en enseignement de la perspective et des stratégies de l'ergothérapie à l'échelle internationale.

Simplifier, vulgariser et partager c'est ce que je fais quotidiennement dans les médias sociaux, sur mon blogue et via mon infolettre pour accompagner les professionnels, les enseignants et les parents motivés à intervenir avec précision sur le développement et fonctionnement des enfants... de la perspective de l'ergothérapie.

 Le savais-tu? J'envois par courriel chaque 2 semaines une ressource exclusive gratuite aux membres de ma communauté via mon infolettre  (L'info ERGO)? 

Pas inscrit(e) 😮? 

Pas de soucis 😀!  

Prochaine étape : Rejoindre ma communauté gratuite !

Dès ton inscription, tu pourras télécharger mon guide de 12 pages sur les étapes du développement de la motricité globale et fine de l'enfant entre 0-6 ans. 😀...un incontournable!

“Guide

“Josiane

Formations en ligne et ressources de la perspective de l'ergothérapie pour ergothérapeutes, enseignants, éducateurs, autres intervenants et parents.

 

LA formation dont tu as besoin, AU MOMENT où tu en as besoin! 

Si tu souhaites accéder à plus de ressources, clique le bouton ci-dessous pour explorer le menu par catégorie de profession.

Suggestions
Close

50% complété

Prochaine étape

Vérifier votre boite courriel et valider votre inscription.